Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 20:47

Le docteur Bruno Donatini, gastro-entérologue, hépatologue, cancérologue et immunologue, va publier au printemps 2014 un livre sur les vertus des champignons pour la santé. Il préconise l'utilisation des mycélia pour renforcer les défenses immunitaires et lutter contre les virus.

  • Je suis un passionné de la forêt et des champignons depuis mon enfance. J’ai découvert les propriétés des champignons en 1994 à la suite d'une recherche bibliographique menée par curiosité et par hasard.

J’ai tapé deux mots-clés : "medicine" et "mushroom" ("médecine" et "champignon" en anglais; NDLR). Des centaines de publications étayées par des travaux irréprochables confirmaient que les champignons s’ajoutaient à la liste des aliments bénéfiques pour la santé.

Pourquoi les utilisons-nous peu pour nous soigner ? Ont-ils été "oubliés" ?

Parmi la multitude d’espèces connues, peu de champignons bénéficient de propriétés intéressantes : une dizaine peut-être, avec une certaine redondance d’ailleurs.

Les mycélia se cultivent mal (en salle blanche et stérile), se conservent mal (sauf séchés), coûtent cher et surtout n’expriment leur effet que lorsqu’ils sont associés à des écorces riches en polyphénols, leur milieu naturel de culture.

Enfin, même s’ils sont employés depuis des décennies au Japon, en Chine ou en Corée contre certaines maladies, leur emploi en Europe est très récent et très règlementé.

Sous quelle forme prendre des champignons ?

Il ne faut pas prendre de champignons fruits ou carpophores car ils concentrent de nombreux toxiques. Les actifs sont fixés sur de la chitine, qui les retient et les empêche d’être absorbés. De surcroît, la chitine se décompose en polyamines, qui sont des facteurs de croissance tumoraux.

Il est indispensable de choisir des mycélia de champignons. Les producteurs les cultivent sur écorces, sur céréales ou sur milieu liquide en biofermenteur.

L’idéal est de consommer le produit sous forme de poudre en le plaçant sur la langue afin que l’efficacité antivirale ou immunostimulante débute dès la cavité buccale. Il est également possible de la consommer comme une épice, une compote, yaourt sans lactose ou encore dans du riz ou avec un poisson, une viande, etc.

Pour quels usages/bénéfices pour l'organisme ?

Les mycélia sont surtout d’excellents immunostimulants et des antiviraux, surtout lorsqu’ils sont associés à des polyphénols, donc poussés sur des écorces.

Associés à des huiles essentielles, le Laetiporus sulfureus permet de dispenser les huiles dans l'intestin grêle et de les intégrer dans le biofilm bactérien sans que leur absorption soit importante. L’effet des huiles essentielles reste donc intra-digestif. De très faibles doses permettent une diminution des dysbioses et améliore considérablement les symptômes digestifs (ballonnements, douleurs, troubles du transit) associé aux malabsorptions, sans risque de toxicité.

Cette désinfection digestive constitue la première étape de la prise en charge de la surcharge pondérale et du syndrome métabolique.

Pourquoi la culture sur écorce des champignons est-elle plus efficace ?

Les écorces contiennent de nombreux polyphénols : quercétine, apigénine, rutine, bétuline. Ces puissants anti-inflammatoires, antitumoraux et antiviraux agissent en synergie avec les sucres des mycélia pour bloquer les divisions des cellules infectées ou cancéreuses. On parle d’apoptose des cellules mutées.

Ces synergies a été confirmées contre les métastases du cancer du sein, contre les polypes colorectaux ou encore contre les condylomes induits par les papillomavirus.

Vos 4 champignons préférés pour la santé ?

1. Le Coriolus versicolor : le plus puissant immunostimulant connu, ayant fait l’objet de multiples études randomisées puis d’une métanalyse en 2012 portant sur 35 études et 1.135 patients cancéreux. Une augmentation de survie de 15% à 10 ans est constatée chez les sujets porteurs d’un adénocarcinome (cancers du sein, de la prostate, de la thyroïde, du colon). C’est aussi un puissant antiviral.

2. Le Ganoderma lucidum : un excellent hépato-protecteur, contre les effets de la chimiothérapie ou plus simplement contre le paracétamol. C’est un anti-inflammatoire naturel majeur et un antiviral puissant contre tous les virus herpétiques (herpès, papillomavirus, varicelle-zona). Ce champignon éclectique ajoute à ses atouts des propriétés anti-hypertensives et hypoglycémiantes utiles dans le syndrome métabolique.

3. Le Laetiporus sulfureus : un bijou pour protéger l’intestin contre les biofilms et éviter la perméabilité intestinale. En effet, il diminue la perméabilité en protégeant la guanyl-cyclase des toxines libérées par les clostridium (bactéries du colon).

Il diminue l’efficacité de la lipase pancréatique, ce qui permet de maintenir les huiles essentielles dans l’intestin. Il augmente la sex binding protein (SBP), ce qui permet d’améliorer l’absorption des sucres dans l'intestin grêle. Enfin, sa pousse sur écorces permet la fixation de la poudre sur le biofilm qui adhère aux molécules de lignines.

4. Le Phellinus linteus : le chevalier blanc de la tolérance immunitaire. Il permet d’éviter l’inflammation chronique de l'intestin grêle, source des maladies auto-immunes. Il abaisse le nombre des cellules TH17 et réduit l’inflammation articulaire dans les arthrites inflammatoires.

Votre livre préféré sur le sujet ?

J’ai écrit un livre intitulé "Les Vertus médicinales des champignons" en 1999, actuellement épuisé et dépassé. Je viens de finaliser un nouveau livre qui devrait sortir en avril 2014.

La plupart des livres disponibles parlent des champignons fruits, ne sont pas rédigés par des médecins, ne reposent pas sur des articles scientifiques mais plutôt sur des usages traditionnels voire des rumeurs colportées et non vérifiées, ce qui amène parfois à des erreurs. Présenter les champignons comme des aliments magiques suscite de faux espoirs. Il est indispensable de replacer les mycélia dans une approche globale, intégrative et plus scientifique.

Ainsi, l’utilisation de mycélium s’intègre dans une vision plus large des prises en charge. Désinfection virale, récupération d’une muqueuse digestive de qualité afin de favoriser l’absorption des nutriments, vidange de la graisse du foie, élimination d’une flore bactérienne intestinale excessive.

La mycothérapie isolée amène beaucoup de déception alors que, bien employée, elle permet d’aider beaucoup de patients désemparés car les situations telles que stéatose hépatique, dysbiose, perméabilité digestive et immunité sont souvent délaissées par la médecine usuelle.

Où se procurer les mycélia ? Quels sont les thérapeutes compétents ?

Vous pouvez vous procurer des mycélia chez de très nombreux fournisseurs, y compris sur Internet. Mais sur le Web, le florilège de propositions "mycélium bio" cache inévitablement des arnaques, d’autant plus aisées que la provenance n’est pas affichée et que le produit se présente en gélules et en poudre.

Je vous conseille d’acheter des gélules chez Mycoceutics ou de la poudre chez Donatini Forêt et Nature (foret-nature@orange.fr, lieu-dit la Gruerie, 02400 Chartèves). Vous pouvez également acheter des produits américains chez Paul Stamets.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de surfonwellbeing.over-blog.com
  • Le blog de surfonwellbeing.over-blog.com
  • : Telle l'abeille faire son miel de quelques passions comme le bien-être et la santé au naturel, entre autres sujets, au travers d'articles, de références de livres, de sites, des connaissances issues de mon apprentissage et de mon vécu.
  • Contact

Texte Libre

Recherche