Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 01:03

Sur toute la longueur du tube digestif : de l’intestin grêle au canal de l’anus


Les entérocytes sont les cellules les plus connues de l’intestin grêle. Elles sont chargées de l’absorption des aliments devenus nutriments par la digestion au niveau de la bouche, notre palais des saveurs, puis de l’estomac. L’absorption, c'est le passage des nutriments de la lumière intestinale dans le sang en passant à travers les entérocytes qui sélectionnent, laissent passer ou rejettent.

Ces cellules intestinales ont besoin d’énergie pour jouer leur rôle essentiel à la vie. C’est l’acide aminé dénommé “Glutamine ” qui est la meilleure source d’énergie ou énergie princeps pour les entérocytes. On le trouve dans les œufs comme dans la viande, le poisson, les produits laitiers, les céréales et les légumineuses. Les épinards et le persil crus, ainsi que le miso en Asie, en contiennent également. On estime qu’une alimentation normale fournit de 5 à10 g de glutamine par jour. Quand l’intestin souffre de porosité intestinale (leaky gut des Anglo-saxons) c’est de la glutamine qu’il faut apporter comme complément.

Le complément le plus efficace que nous prescrivons est Perméa Régul de Copmed (1/2 sachet pendant 10 jours, dilué dans 200 ml d’eau tiède, puis 1 sachet entier les 20 jours suivants). Évidemment, il ne faut pas le prescrire dans les cas de cancers du tube digestif, intestin grêle comme côlon, car alors on risque de nourrir un peu plus les cellules cancéreuses.

L’intestin grêle est l’organe-clé de l’immunité, de notre défense immunitaire globale, ce qui est logique puisqu’il doit sélectionner en quelque sorte les bons des mauvais nutriments.

À la coupe, il est constitué d'au moins 4 couches. De l’intérieur vers l’extérieur, on distingue :

  • la muqueuse qui comporte de nombreuses villosités et microvillosités destinées à augmenter la surface d'échanges,
  • la sous-muqueuse nommée aussi lamina propria où se logent des cellules immunitaires,
  • la musculaire dont les muscles lisses permettent le péristaltisme, c’est-à-dire la contraction intestinale pour faire avancer les nutriments mélangés aux liquides digestifs,
  • la séreuse humide destinée à permettre le glissement doux des anses intestinales les unes sur les autres dans le ventre.
On distingue, au niveau de l’intestin grêle, “immunité innée” et “immunité acquise”

L’immunité intestinale innée est instantanée, elle est la première ligne de défense qui limite l’infection dès les premières heures après l’exposition aux micro-organismes. La muqueuse du grêle est truffée de Toll-like Receptors (une dizaine de protéines désignées TLR de 1 à 10) aux aguets prêts à fixer les antigènes bactériens, fongiques (champignons tels que candida albicans) ou viraux de passage dans la lumière intestinale.

En l’absence d’une réponse innée normale, le système immun adaptatif est moins efficace. On vérifie la mauvaise immunité des patients qui manquent de globules blancs neutrophiles après une chimiothérapie, laquelle tue toutes les cellules en cours de multiplication, dont les globules blancs qui ne vivent normalement que 7 jours, mais aussi nombre de cellules intestinales qui ne vivent que 3 à 5 jours. Il ne faut pas s’étonner d’avoir alors des diarrhées plus ou moins importantes puisque l’absorption des nutriments est minimale.

Les cellules MAIT (Mucosal Associated Invariant T Cells) régulent l’activité des lymphocytes B intestinaux. Le Glycocalyx est une couche d’oligosaccharides (sucres complexes) accrochée aux sommets des villosités. Cette couche permet aux micronutriments de passer à travers un réseau filamenteux accédant aux enzymes digestifs. Il est relativement imperméable aux macromolécules et aux micro-organismes les empêchant ainsi d’agresser les entérocytes. Belle protection !

L’immunité intestinale acquise dépend des agressions alimentaires et bactériennes. Elle est organisée tout au long du tube digestif.-

Il s’agit du GALT (Gut Associated Lymphoïd Tissue) sur une surface équivalente à un terrain de tennis. Le GALT contient plus de lymphocytes que tous les organes lymphoïdes de l’organisme. Voilà la preuve de l’importance de bien traiter notre intestin, en lui donnant les bons aliments.

Donc pas de bonne immunité sans des intestins en bon état. Dans le GALT, les lymphocytes peuvent être isolés ou amassés dans de grands follicules dénommés « plaques de Peyer ». Les lymphocytes isolés abondent dans la lamina propria, bande de tissu coincée entre les couches des cellules de l’intestin, celles de la muqueuse et de la sous-muqueuse. Ils jouent un rôle capital dans les réactions immunitaires de l’intestin.

  • Les cellules M (pour Micro folds soit Microdigitations) sont au niveau des microvillosités accolées les unes aux autres en forme de digitations courtes en doigt de gant. Ces cellules échantillonnent les antigènes et les micro-organismes de la lumière intestinale [1]. En 1998, on a identifié des villosités remplies de lymphocytes (lymphocyte-filled villi).
  • Les IgA sécrétoires ne constituent que 15 à 20 % des immunoglobulines du sang, tandis que les IgG représentent jusqu’à 75 % des immunoglobulines totales. Au niveau intestinal, l’IgA sécrétoire protège la muqueuse contre la digestion des protéines dites protéolytiques, car coupées très finement par les enzymes digestives ou par les enzymes bactériennes.
  • Les cellules dendritiques [2] sont tapies dans les poches intra-épithéliales des cellules M et dans la lamina propria. Ce sont de puissantes cellules spécialisées présentatrices d’antigènes d’un virus ou cancer. Elles séparent les entérocytes des cellules M et envoient des prolongements en forme de dendrites, comme des périscopes, pour échantillonner directement les antigènes dans la lumière intestinale.
  • Une nouvelle cellule dendritique, la cellule Ikdc (Interferon Producing Killer Dendritic Cell) a été découverte par l’équipe du Pr Laurence Zitvogel de Paris XI. Elle est capable de sécréter de l’interféron gamma qui peut tuer les cellules cancéreuses par apoptose, les forçant à mourir.

Annonce spéciale de Jean-Marc Dupuis de Santé Nature Innovation :
Le premier motif de consultation chez le médecin !

Alors que les médicaments sont souvent inefficaces contre les digestions difficiles, les solutions naturelles marchent : artichaut, huile essentielle de menthe, curcuma, psyllium, probiotiques... En vous abonnant auxDossiers de Santé & Nutrition, vous recevez en cadeau votre dossier spécial Digestion : et si vous étiez touché par le syndrome du côlon irritable ?

Rendez-vous ici pour découvrir Les Dossiers de Santé & Nutrition ainsi que vos 5 dossiers spéciaux de santé en cadeau.

La lymphe et les nœuds ou ganglions lymphatiques : une super protection !

Annonce spéciale de Jean-Marc Dupuis de Santé Nature Innovation :
Les solutions naturelles pour prévenir et soigner arthrose, diabète, infarctus, AVC...

Si vous souhaitez en apprendre plus sur les nouvelles thérapies, regardez cette vidéo. Rien que dans la première partie, vous y découvrez les solutions naturelles pour prévenir et soigner arthrose, diabète, infarctus, AVC...

L’immunorégulation des réponses antitumorales et le développement des vaccins anticancers

Partager cet article

Repost 0
Joyce Beyourbee - dans SANTE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de surfonwellbeing.over-blog.com
  • Le blog de surfonwellbeing.over-blog.com
  • : Telle l'abeille faire son miel de quelques passions comme le bien-être et la santé au naturel, entre autres sujets, au travers d'articles, de références de livres, de sites, des connaissances issues de mon apprentissage et de mon vécu.
  • Contact

Texte Libre

Recherche