Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 14:49

MUSIQUE

Fréquences pures de guérison              

Allergies, anxiété, boulimie, chimiothérapie, crise de nerfs, dépression, douleurs, fatigue, insomnie, maux de ventre, migraine, peurs, problèmes de peau, pollutions électromagnétiques, séparation, spasmophilie, stop-cigarette, surmenage, stress intense, mais aussi massage et plaisir des sens... Un son et c'est tout !

 

Les Fréquences pures de guérison™ sont issues de la musicothérapie radionique™ : un concept novateur de soin par les sons conçu par Philippe Barraqué, musicothérapeute, qui utilise les formes d'ondes des remèdes naturels pour rétablir l'harmonie du corps et l'esprit.

  

Sans ajout musical, avec un simple voile d'ambiances fluidiques, les Fréquences pures de guérison™ des huiles essentielles vous plongent dans un bain de jouvence. A écouter chez soi ou sur son baladeur pour renforcer les bienfaits de l'aromathérapie.

 

Basilic, bois de rose, lavande, marjolaine, menthe poivrée, niaouli, oranger, pin, romarin, verveine, ylang-ylang... ce CD contient 35 fréquences avec synchronisation des rythmes cérébraux pour une détente parfaite et 5 programmes Bien-être : thalasso, amincissant, relaxant, anti douleur, digestion. Au top de votre forme ! Inclus un livret complet avec les indications thérapeutiques

 

(40 plages de bien-être, durée 1h10').

 

Planète Voix Productions - www.planetevoix.net

Distribution Spirale Music/DG Diffusion

Repost 0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 16:53

musique thérapieEn prolongement de l'article précédent :

La musique combat l'insomnie :

Toujours à l'université de Cleveland, le Pr Marion Good a proposé à des patients atteints de troubles du sommeil de suivre une musicothérapie de trois semaines, à raison de 45 minutes d'écoute d'une musique douce au moment du coucher. Tout en se soumettant à un enregistrement du sommeil. Effet "berçeuse" confirmé : endormissement accéléré de 35 % en moyenne, sommeil de meilleur qualité et nuits plus longues.

Mieux récupérer après un AVC : La musique pourrait également être d'un grand secours après un accident vasculaire cérébral (AVC). Une étude finlandaise publiée dans la revue BRAIN va dans ce sens. Il a été demandé à des victimes d'attaque cérébrale d'écouter leur musique préférée deux heures par jour. Au bout de trois mois, leur mémoire verbale et leur capacité d'élocution avaient augmenté de 60 % (contre 29 % sans musique). Pour le docteur finlandais Teppo Särkamö, qui a mené l'expérience, il faut commencer ce "traitement" dès que possible, alors que le cerveau, en raison de sa plasticité, est en train de s'adapter aux dommages provoqués par l'AVC.

Stimuler la mémoire des patients atteints de la maladie d'Alzeimer : "il faut savoir que certaines personnes atteintes d'Alzeimer sont encore capables de solliciter leur mémoire musicale, de fredonner un air connu, de retrouver des bribes de paroles d'une chanson ancienne et même d'en apprendre de nouvelles, alors même qu'elles ont perdu le langage" s'enthousiasme Pierre Lemarquis. A Caen,  le neuropsychologue Hervé Platel a ainsi réussi à faire apprendre à des patients qui se trouvaient à un stade très avancé de la maladie des chansons qu'ils ne connaissaient pas. Mieux :  ils gardent la mélodie en tête plusieurs mois sans qu'on ait besoin de les stimuler ! En s'adressant directement au cerveau émotionnel, les chercheurs pensent que la musique serait capable de réactiver la mémoire inconsciente.

Améliorer l'équilibre et la motricité des parkinsoniens : Lorsque nous entendons une musique entraînante, nous avons tout de suite tendance à battre la mesure. Et pour cause, un lien étroit unit les aires de l'audition et de la motricité. Partant de là, les neurologues considèrent que jouer sur cette connexion pourrait aider les parkinsoniens à améliorer l'équilibre et la coordination. "Une expérience canadienne a prouvé que vingt cours d'une heure de tango sont plus efficaces que vingt séances de rééducation classique" relate le Dr Pierre Lemarquis.

 

Apaiser le stress : Inutile d'avoir fait des études de neurologie pour se rendre compte que certaines musiques nous "tapent sur les nerfs" et que d'autres nous apaisent. Mais, grâce à une étude du laboratoire INSERM de neurophysiologie et neuropsychologie de Marseille, on a aujourd'hui la preuve que la musique interagit avec nos rythmes biologiques. Après avoir soumis des étudiants à un stress (discours en public + épreuve de calcul mental), la chercheuse StéphanieKhalfa a mesuré leur taux de cortisol (hormone du stress). Chez ceux à qui elle faisait écouter une mélodie au tempo régulier, ce taux s'est stabilisé dès les premières notes. Alors que chez les autres, il a continué à grimper pendant un bon quart d'heure. Autrement dit, la musique a un effet anti-stress immédiat : le rythme cardiaque ralentit, la respiration s'amplifie, les ondes cérébrales se modifient.



Repost 0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 13:19

musique-therapie2-copie-1.jpg

 Inutile d'être un virtuose ou de chanter comme La Callas pour tirer bénéfice de la musique.

Il suffit de laisser cette "médecine douce" pénétrer nos oreilles pour que notre cerveau et notre corps y puisent des

ressources insoupçonnées.

Nous possédons tous un cerveau "musical" qui ne demande qu'à nous aider tout au long de notre vie" affirme le Dr Pierre Lemarquis, neurologue et neurophysiologiste, auteur de "la Sérénade pour un cerveau musicien" (éditions Odile Jacob). Plus la recherche avance, plus on découvre que la musique a des effets thérapeutiques, parfois majeurs.

Atténuer la douleur

Une heure par jour de musique, pendant une semaine : c'est la surprenante prescription que des chercheurs américains de l'université de Cleveland ont faites à leurs patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde, d'arthrose et de hernie discale.

L'efficacité de ce traitement à la portée de tous ? Une diminution de 21 % de l'intensité de la douleur. Même constat pour Stéphane Guétin, chercheur à l'université de Montpellier  : la musique soulage les rhumatisants. Et en ce qui concerne le cancer, plusieurs études montrent qu'elle est à même de réduire la douleur et l'anxiété qui l'accompagnent.

Comment expliquer cet effet antalgique ? "Ecouter de la musique détourne l'attention de la souffrance. Mais pas seulement, constate le Dr Pierre Lemarquis. En prime, elle libère la sécrétion de neuromédiateurs, dont les fameuses endorphines, par notre cerveau".

 

Soulager la dépression

C'est grâce à Farinelli, le fameux castra, que Philippe V, roi d'Espagne, serait sorti d'une dépression chronique. Un effet "Prozac" de la musique que, là encore, les neurosciences confirment. "On le voit très bien à l'IRM, l'écoute d'un morceau qu'on aime active dans notre cerveau le circuit de la récompense, explique Pierre Lemarquis. Du coup, cela fait grimper nos taux de sérotonine (à la base de la plupart des antidépresseurs actuels), d'endorphine (l'hormone du plaisir). On retrouve d'ailleurs une augmentation des taux d'endorphines dans la salive des musiciens professionnels"

 

Combattre l'insomnie

Mieux récupérer après un AVC

Stimuler la mémoire des patients de la maladie d'Alzeimer

Améliorer l'équilibre et la motricité des parkinsoniens
Apaiser le stress

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de surfonwellbeing.over-blog.com
  • Le blog de surfonwellbeing.over-blog.com
  • : Telle l'abeille faire son miel de quelques passions comme le bien-être et la santé au naturel, entre autres sujets, au travers d'articles, de références de livres, de sites, des connaissances issues de mon apprentissage et de mon vécu.
  • Contact

Texte Libre

Recherche