Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 23:45
Repost 0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 23:33

 

Jambes02

Piétinements, chaleur, manque d’exercice, … les jambes, arrivées à  la fin de la journée, ne sont plus vraiment à la fête ! Du côté du naturel, les huiles essentielles sont excellentes comme actifs dans les bases d’huiles de massage pour soulager les sensations de jambes lourdes, elles passent la barrière cutanée rapidement pour rejoindre la circulation sanguine, l’absorption est donc très rapide et leurs effets sont particulièrement agréables pour relaxer et rafraîchir.

Le mélange ci-dessous est remarquablement efficace par la synergie d’huiles utilisées, il permet de jouer  sur la complémentarité d’action : tonifier les vaisseaux, stimuler la circulation et protéger les capillaires.

La base est une huile végétale de macadamia, une excellente base de massage qui permet une bonne glisse, et qui est également une régulatrice des systèmes lymphatique et circulatoire.

L’huile essentielle de cyprès est un tonique circulatoire et un décongestionnant veineux, elle est vasoconstrictrice.

La fraîcheur de l’huile essentielle de menthe poivrée procure un soulagement immédiat.

L’huile essentielle de citron active la circulation sanguine et protège de la fragilité capillaire.

Dans un flacon de 10 ml, verser d’abord les huiles essentielles :

- Cyprès (cuprussus sempervirens) 40 gouttes

- Citron (citrus limon z) 40 gouttes

- Menthe poivrée (mentha piperita) 2 gouttes

Puis compléter le flacon avec de l’huile de macadamia.

Masser quelques gouttes du mélange le soir, toujours de haut en bas, depuis les pieds jusqu’aux hanches, en insistant sur les trajets veineux. 

Pour une meilleure efficacité, appliquer l’huile sur la peau encore un peu humide, après une douche où vous alternerez eau tiède et eau fraîche, en dirigeant le jet toujours de bas en haut.

Précautions d’emploi
Le citron est une essence photosensibilisante, alors ne pas appliquer le mélange avant une exposition au soleil.

Le cyprès ne doit pas être employé en cas de cancers hormonaux-dépendants ou en cas de mastose.

Ne pas utiliser chez la femme enceinte ou allaitante.

 

Repost 0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 20:02

INFUSION.jpg

INFUSION MINCEUR EXPRESS

 

Avis aux grandes paresseuses : garder la ligne et affiner ses cuisses avec des plantes, c’est simple et efficace. Pourquoi se compliquer la vie !
Oui, en utilisant des plantes qui favorisent l’amincissement, et tant qu’à faire qui atténuent la cellulite et la rétention d’eau.

INFUSION MINCEUR
Queue de cerise : diurétique
Reine des Prés : anti inflammatoire
Romarin : dépuratif
Feuille de cassis : lutte contre la rétention d’eau

Portez à ébullition 1 litre d’eau de source additionnée d’ 1 cuillère à soupe de chacune des plantes.
Laissez bouillir 2 mn, puis faites infuser encore 10 mn avant de filtrer.
A boire dans la journée.

Durant 3 semaines au moins, arrêtez vous une semaine avant de reprendre si nécessaire.

Adoptez en parallèle une hygiène de vie équilibrée et des réflexes sains du côté de l’alimentation : quelques efforts pour vous sentir parfaitement bien dans votre corps et dans votre tête. Faites vous conseiller par votre naturopathe préféré, il saura vous motiver et vous accompagner le temps nécessaire,  ce sera vite gagné !

Repost 0
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 05:39

 

Le cuivre, un oligoélément essentiel

L’utilisation du cuivre est loin d’être récente : les Chaldéens l’utilisaient pour soigner certains troubles, tels les douleurs et problèmes cutanés. La découverte de son caractère essentiel remonte à 1928 chez l’animal et à 1931 chez l’Homme (découverte d’une anémie induite chez l’enfant en état de dénutrition). Enfin, son importance sur le tissu conjonctif fut mise en évidence en 1961.

Le corps humain contient de 75 à 100 milligrammes de cuivre et les apports journaliers recommandés pour maintenir ce taux se situent autour de 2 milligrammes, suivant l’âge et le sexe du sujet, mais aussi son état de santé, son poids…

Son rôle physiologique
Le rôle du cuivre est dû d’une part à la solidité des chélates, types de complexation très importante de deux substances, qu’il forme en se liant à des substances biologiques actives et, d’autre part, à ses propriétés oxydoréductrices. Il est donc activateur d’un grand nombre de systèmes enzymatiques (pour rappel, les enzymes sont des protéines qui catalysent et accélèrent les réactions biochimiques de notre corps). L’homéostasie, c’est-à-dire la répartition et la circulation physiologique du cuivre, est fortement influencée par la réaction inflammatoire, qui lui fait alors perdre une partie de son rôle physiologique : ainsi, au cours d’une réaction inflammatoire, sa capacité à activer les enzymes est altérée. Il se trouve bloqué par des protéines de l’inflammation et son homéostasie naturelle est donc perturbée. Dans ces conditions, l’apport de cuivre a pour but de relancer ces fonctions naturelles définies dans le rôle physiologique. L’absorption et l’utilisation du cuivre par l’organisme de la femme dépendent de manière très sensible de son statut en œstrogènes : ainsi, lors de la ménopause, quand le statut en œstrogènes est en baisse, l’organisme absorbe et utilise mal le cuivre.

Son usage thérapeutique
Le cuivre permet une prise en charge des états infectieux ne nécessitant pas l’usage d’antibiotiques et, en particulier, celle des états grippaux, ainsi que celle des affections O.R.L chroniques ou récidivantes. Pour plus d’efficacité, un usage répété est nécessaire. En raison de son rôle sur la synthèse du collagène et de son effet de modulation des processus inflammatoires chroniques, le cuivre peut être bénéfique dans certaines maladies ostéoarticulaires. Par exemple, dans l’arthrose, le cuivre permet une modulation de la douleur. Il peut même être préconisé comme traitement de fond. Dans les pathologies inflammatoires rhumatismales, le cuivre peut être employé comme un traitement d’appoint et de relais du traitement anti-inflammatoire classique.

Ses synergies
Associé à d’autres oligoéléments, le cuivre s’avère très efficace dans le traitement de certaines affections. Le fait d’être associé renforce son action, c’est ce qu’on appelle l’effet de synergie :

>cuivre + soufre + silicium dans les cas d’arthrose

>cuivre + sélénium + or dans les pathologies inflammatoires

>cuivre + argent + bismuth dans les états infectieux.


Nicolas Bles*

*Pour en savoir plus, lire :
«ABC des oligoéléments»,
Editions Grancher.

 

Où trouver du cuivre ?

>Dans les fruits : poires, oranges, pommes, cerises

>Dans les fruits secs oléagineux : amandes, noisettes, noix

>Dans les légumes : poireaux, radis, salsifis, navets, oignons, champignons, épinards

>Dans les céréales

>Dans la viande et notamment certains abats : rognons de bœuf et de porc, foie de veau

>Dans le poisson

>Dans les fruits de mer : coquilles Saint-Jacques et huîtres

>Dans les œufs.

Repost 0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 13:51

Depuis 5 000 ans, la médecine ayurvédique utilise cette plante pour traiter divers états affectant l’intellect. Les scientifiques ne s’y sont intéressés que dans les années 60 et ont confirmé dès cette date : la bacopa stimule bien la mémoire, favorise la vigilance et la concentration. Depuis, ils lui ont découvert de nombreuses autres propriétés.

Selon la conception hindoue, le cerveau est le centre de l’activité créatrice. C’est la raison pour laquelle les Indiens ont dédié la bacopa, qu’ils appellent aussi Brahmi... à Brahma, créateur mythique du panthéon hindou, comme d’ailleurs tous les remèdes qui traitent les troubles mentaux.

Traditionnellement, les feuilles et les tiges étaient pressées pour en tirer le jus où elles étaient séchées et réduites en poudre. Ces matières premières étaient sucrées pour masquer le goût amer de la plante et utilisées ensuite pour la confection de décoctions, de boissons, de sirops. Les anciens écrits ayurvédiques la recommandaient pour l’anxiété, les troubles de la co Dans les années 60, les scientifiques indiens s’intéressent d’un peu plus près à ce tonique ayurvédique.

La bacopa en pratique

Bacopa-monnieriLes résultats de quatre essais publiés en Inde, indiquent que la bacopa peut améliorer les facultés cognitives et la mémoire chez des écoliers en bonne santé, des personnes atteintes de dysfonction intellectuelle et des enfants souffrant de trouble de déficit dû à l’hyperactivité. Au cours de l’un de ces essais, on a donné du sirop de bacopa à trente cinq sujets souffrant d’anxiété (un dosage équivalent à 12 g par jour de bacopa séchée) sur une durée de quatre semaines. Les auteurs ont rapporté une atténuation significative du degré de l’anxiété et de fatigue mentale ainsi qu’une augmentation de la mémoire.

En 2001, des chercheurs australiens ont montré, qu’au bout de douze semaines de traitement, l’extrait de bacopa (300 mg par jour) avait augmenté la vitesse de traitement de l’information, de même que la capacité d’apprentissage et la mémoire des patients traités, tout en atténuant leur anxiété. Dans un autre essai australien, les effets de la bacopa ont été comparés à ceux d’un placebo chez 76 adultes de 40 à 65 ans. On a noté une amélioration très significative de leur mémoire. D’autres études, toujours en cours, semblent aussi montrer une diminution de la fréquence des crises épileptiques chez certains patients.

gnition, de l’attention, les troubles neurologiques, les convulsions épileptiques...

Selon le prix Nobel de médecine/ physiologie 1998, Robert F. Furchott, la bacopa agit en accroissant la production de monoxyde d’azote (NO), un messager chimique d’une importance essentielle, car présent un peu partout dans l’organisme, à tel point qu’en 1992, le magazine américain Science a élu le NO, molécule de l’année... Dans des conditions de stress associées à la privation de sommeil, l’administration de bacopa permet de réduire les concentrations de glutamate et d’accroître celle de Gaba (acide gamma aminobutyrique) dans différentes zones cérébrales. Les niveaux d’anxiété seraient ainsi réduits d’environ 20 %, la fatigue mentale, diminuée et les niveaux de sérotonine (le neuromédiateur du sommeil) accrus.

Le fait que la bacopa permette d’influencer les fonctions psycho-neurologiques associées au comportement intellectuel ouvre des perspectives passionnantes. D’ailleurs, l’ancien Premier ministre indien Inder K. Gujral et le grand maître d’échecs Vishwanathan Anand ne s’y sont pas trompés : ils ont reconnu être des utilisateurs prosélytes de bacopa...

Toutefois les effets du Bacopa ne se manifestent qu’à partir de 3 semaines il convient de faire une cure correspondant à cette période.

Infos et point de vente : Bacopa Monnieri
D. Plantes - BP 158 - 26204 Montélimar Cedex
Tél. : 04 75 53 80 09
Email : labo.d.plantes@orange.fr
Site : www.dplantes.com

 

 

Repost 0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 13:43

aloe veraQui aurait pu penser il y a une vingtaine d’années que l’aloès (Aloe vera) serait cultivé à grande échelle partout dans le monde ? Cette plante, dont les recherches ont prouvé les nombreux bienfaits, est aussi devenue familière de nos intérieurs.

 

Anti-inflammatoire, antibiotique, cicatrisant…

  • Très riche, le gel contient des tanins, des vitamines (A, B1, B2, B3, B6, B9, B12, C, E…), des minéraux (calcium, phosphore, cuivre, potassium, fer, sodium, chlore, manganèse, magnésium, chrome, zinc, sélénium…), des acides aminés, des enzymes, des acides gras essentiels… Pour résumer, l’aloès contient plus de 75 éléments nutritifs, 20 minéraux, 18 acides aminés et 12 vitamines !

     

  • Ingéré, le jus d’Aloe vera (pulpe additionnée d’eau) soulage les crampes d’estomac et aide les digestions difficiles, régule les fonctions hépatiques et, en facilitant l’élimination des toxines, participe au nettoyage des organes encombrés (foie, reins…) tout en stimulant nos défenses immunitaires. Le jus d’Aloe vera, apprécié lors de fatigue, fragilité et carences, est fort utile en cas de diabète, d’allergies, de constipation, de problèmes cardiaques.

     

  • En externe, le gel sert pour divers soins dermatologiques : brûlures, ampoules, piqûres d’insectes, soins cosmétiques.


Dépolluante aussi

L’aloès, qui supporte la culture en appartement, offre aussi l’avantage d’être une plante dépolluante. Elle absorbe les formaldéhydes contenus dans les bois agglomérés et dans les vernis. Dans ce cas, vous n’utiliserez pas la plante pour vos soins…
 

 

Repost 0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 13:35

ROUGE GORGELes maux de gorge sont une inflammation de la muqueuse. Souvent bénins, ils peuvent aussi annoncer un rhume ou une angine, ce qui signe la démission du système immunitaire. Des remèdes naturels peuvent soulager.

Gargarisme au gingembre

Utilisée par les insulaires, cette technique très efficace nous vient des îles d’Hawaï. Le gingembre associé à l’ananas fait des merveilles. Se gargariser d’abord avec l’infusion de gingembre chaud, puis avec le jus d’ananas froid constitue un traitement très efficace.

Préparation

  • 1 cuillère à café de gingembre en poudre
  • miel
  • 1/2 citron
  • jus d’ananas 
  1. Faites infuser le gingembre dans 1/2 tasse (125 ml) d’eau bouillante.
  2. Lorsque l’eau est tiède, ajoutez 1 quart de cuiller à café de miel et le jus du demi-citron.
  3. Gargarisez-vous.
  4. Recrachez l’infusion de gingembre.
  5. Gargarisez-vous ensuite avec le jus d’ananas frais ou froid.
  6. Recrachez le jus d’ananas. Renouvelez au besoin pendant la journée.

 

Entretenir son immunité

Les maux de gorge, quand ils reviennent fréquemment, sont souvent annonciateurs d’une baisse de notre immunité. Pour cela, le nigari, du chlorure de magnésium extrait de l’eau de mer, est tout indiqué. Moins amer que son cousin le chlorure de magnésium de synthèse vendu en pharmacie, cette forme naturelle a les mêmes propriétés et offre l’avantage d’être bien assimilable. Par ailleurs, il pourra également être utile de soutenir le foie dans sa fonction de détoxination.

Repost 0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 18:34

bain de bouche1

Découverte en Ukraine par le Dr Karach, cette méthode consiste en un bain de bouche à l'huile de tournesol de première pression à froid et  biologique évidemment ou huile d'olive ou huile de sésame (selon l'ayurvéda) toujours en 1ère pression à froid et biologique.

 

Comment procéder ?

Après avoir pris une petite cuillerée à café d'huile dans la bouche, la faire circuler pendant une vingtaine de minutes entre les dents et les moindres interstices de la cavité bucale. Mais veillez toujours à ne pas en avaler.

Epaisse au début, l'huile en présence de la salive se fluidifie et remplit la bouche. Aussi, il est conseillé de ne prendre que peu d'huile afin qu'en fin de bain, vous n'en ayez pas trop en bouche ce qui pourrait vous obliger à en avaler une partie.
Au bout de 20 mn, le liquide craché, d'un blanc laiteux, renferme un taux important de microbes, provenant de la bouche. C'est la raison pour laquelle, vous ne devez en aucun cas avaler l'huile, mais la cracher puis vous laver la bouche et  recrachez intégralement l'eau de rinçage. Terminez le mbain de bouche par un brossage soigné des dents.

 

Le Dr Karach utilisa ce type de bain de bouche comme traitement  ou complément thérapeutique de nombreuses affections telles que arthrose, bronchites, cancer, eczéma, faiblesse et fatigue chronique, insomnie, maux de dents et de tête, névralgies, phlébite, troubles cardio-vasculaires, gynécologiques, intestinaux , nerveux, pulmonaires, rénaux.

 

Le bain de bouche à l'huile permet à la fois de se débarasser d'une quantité de microbes présents dans la bouche tout en reconstituant certaines cellules et en préservant une micro-flore microbienne saprophyte. En protégeant cette micro-flore , on contribue au maintien de la vie générale de notre organisme.

 

L'huile recrachée et analysée au microscope fait apparaître un fort taux de microbes au tout début de leur développement. Méthode facile à appliquer, le bain de bouche à l'huie peut être utilisé en prévention des affections citées ci-dessus, et comme facteur participant au maintien de la vitalité de notre corps.

Repost 0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 16:06

Comme indiqué précédemment, un drainage préalable à toute cure d'amincissement s'impose.

Les plantes ci-dessous seront associées pour préparer et nettoyer le terrain, l'apport de liquide étant essentiel pour "laver les cellules" et réussir le drainage. Vous les trouverez chez votre herboriste ou dans une maison de diététique. Pour éviter la monotonie, vous pourrez alterner les tisanes.

 

Il faut savoir que les plantes dépuratives sont souvent amères et d'un goût assez prononcé. Vous pouvez leur associer d'autres plantes correctrices de goût qui sont intéressantes par ailleurs pour leurs propriétés digestives comme par exemple la menthe poivrée, le carvi ou l'anis vert.

Une plante est dite cholérétique lorsqu'elle stimule la sécrétion biliaire (lavande, mélisse, menthe poivrée, romarin). Elle est dite cholalogue lorsqu'elle contracte la vésicule biliaire, permettant alors l'expulsion de la bile dans les intestins (fumeterre, millepertuis).

 

Liste des plantes drainantes :

 

- La fumeterre (plante enière)

- la bardane (racine)

- l'artichaut (feuilles)

- la pensée sauvage (plante et racine)

- le boldo (feuille)

- le chardon-marie (graines)

 

Pendant ce drainage précédent la cure proprement dite, essayez d'arrêter de fumer et ne consommez plus d'alcool. Contentez vous également d'une alimentation sans excès. Préférez les fruits et les légumes de saison, crus ou cuits, les céréales entières. Evitez les sucres, les plats préparés (frais ou surgelés) et les viandes en excès.

 

 

Repost 0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 16:00

Si vous êtes en surpoids, il est pratiquement certain que les organes émonctoires (intestins, foie, reins, peau, poumons) qui participent à la bonne élimination des déchets organiques sont encrassés et saturés.
Il est donc parfois préférable, plutôt que de démarrer immédiatement une cure amincissante, de consacrer une dizaine de jours à une cure dépurative de fond, d'entreprendre un drainage, préalable à l'amincissement.
Ainsi, débarrassé de ses toxines, l'organisme répondra ensuite plus vite et plus efficacement à la sollicitation minceur.

 

Cette cure de drainage préalable est particulièrement conseillée en cas d'excès de poids important.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de surfonwellbeing.over-blog.com
  • Le blog de surfonwellbeing.over-blog.com
  • : Telle l'abeille faire son miel de quelques passions comme le bien-être et la santé au naturel, entre autres sujets, au travers d'articles, de références de livres, de sites, des connaissances issues de mon apprentissage et de mon vécu.
  • Contact

Texte Libre

Recherche